Rechercher
  • Dr Claude Hautain

Immunité, testing… comment s’y retrouver ?

Qu’est-ce que l’immunité ?

Lorsque nous sommes confrontés à un germe (virus ou bactérie) notre corps va nous défendre contre cet importun. Il nous défend en activant une batterie de substances et de cellules faites pour éliminer cet envahisseur. Parfois, cela ne suffit pas. Et l’envahisseur gagne.

« Si vis pacem, para bellum » qui veut dire « Si tu veux la paix, prépare la guerre » nous disait les romains. Et c’est tellement vrai dans l’immunité. En effet, si le système immunitaire a déjà rencontré le germe incriminé, il peut réagir beaucoup plus vite et beaucoup plus agressivement. C’est ainsi que lors d’un contact ultérieur avec un germe, nous ne serons quasi pas malade. Dès que le germe pointe le bout de son nez, on le détruit avec des armes efficaces contre celui-ci.

La vaccination se base sur le même principe. L’on administre (la plupart du temps) une forme atténuée d’un germe, le corps créé une immunité contre et lors d’un contact ultérieur, il sera préparé.

Et dans le COVID, l’immunité, comment fonctionne-t-elle ?

Et bien, on imagine et on a de bonnes chances de ne pas se tromper que cela va fonctionner de la même manière. Mais, comme déjà dit précédemment, c’est une nouvelle maladie et c’est une bête bizarre. Donc personne ne peut affirmer que tout cela va fonctionner pareillement. Probablement que l’on va créer une immunité, que l’on ne risquera pas de le refaire deux fois et que lorsqu’un vaccin sera disponible, on sauvera la vie de millions de personnes. Mais ce n’est pas certain. Attendons encore un peu avant de sabrer le champagne.

Des tests oui, mais quels tests ?

Pour continuer à s’armer contre l’oppresseur, le monde scientifique de la santé a inventé des tests pour connaitre l’état immunitaire des patients. Dans le cadre du SARS-COV 2, à l’heure actuelle, il en existe deux. L’un est déjà en route, l’autre ne saurait plus tarder.

Le premier test est le frottis naso-pharyngé par PCR. Il s’agit de mettre en culture des protéines du virus après les avoir prélevées dans le nez avec une espèce de grand coton tige. Si le test est positif, cela signe la présence du CoronaVirus dans le nez du malade. Donc, il est à la fois malade mais surtout contagieux. Ce sont de bonnes informations utiles.

Un Bémol, deux bémols, trois bémols...

Pour que ce test soit positif il faut évidemment que l’on porte du Covid 19 dans son nez. Donc, il faut être malade. Des tests en masse sur des patients asymptomatiques ne servent donc à rien.

On peut être contagieux alors que le test n’est pas encore positif.

La sensibilité du test n’est pas optimale. Cela veut dire que l’on peut être porteur mais que le test est négatif.

Donc, ce n’est pas la panacée, mais c’est mieux que rien.

Le deuxième test est la recherche d’anticorps. Des anticorps se forment lorsque le corps a été en contact et a réagi contre le virus. Il en existe de deux types et cela permet de savoir si on est en train de faire la maladie ou que l’on est immunisé contre elle. Ce sont de bonnes informations utiles.

Evidemment, quelques bémols aussi…

Ces anticorps n’apparaissent qu’après un certain délai et on ne connait pas leur « durée » de présence après l’infection. Ce n’est donc pas utile si on vient de se faire contaminer mais cela le devient à distance.

Et c’est maintenant que l’on va pouvoir se débarrasser de quelques bémols !

En associant les deux tests a des moments bien précis, on va vraiment pouvoir avancer et définir qui est contagieux, qui doit être isolé et qui est protégé. Les tests sérologiques sont prévus dans quelques jours. Encore un peu de patience.

Mais ce n’est pas fini, maintenant il faut créer un vaccin

Le glas de la pandémie n’aura totalement sonné que lorsque le vaccin sera au point, pour autant qu’on y arrive un jour. En effet, cela semble fort probable mais on n’y est pas encore arrivé. Cela permettra de protéger les plus faible et de sortir victorieux de cette crise sanitaire. Et si ce n’est pas le cas, et bien il faudra apprendre à vivre avec le virus. On verra…

D’ici là, ne psychotez pas, protégez-vous, protégez les autres et… prenez soin de vous !

306 vues1 commentaire
 

Cabinet Médical - In Case of Emergency

28, Avenue Commandant Lachouque - 1410 Waterloo

+32 479 81 36 02

  • Facebook
  • LinkedIn

©2020 by ICE - In Case Of Emergency