Rechercher
  • Dr Claude Hautain

Les brûlures

Les beaux jours fleurissent à nouveau. Avec leur lot de plaisirs divers. L’apéro et le barbecue en tête.

Cette météo peut également rimer avec accident. Un peu d’empressement de faire griller quelques saucisses et voilà une brûlure qui vient gâcher le dimanche amical et ensoleillé.

Une brûlure peut avoir plusieurs origines. Elle se définit par une lésion produite sur une partie du corps par l'action du feu, de la chaleur ou d'une substance corrosive.

Il existe différents types de brûlures: thermique (chaud et froid), électrique, chimique ou d’origine radique. Nous ne parlerons que des lésions d’origine thermique chaude dans cet article. L’action de la source chaude va générer une dégradation tissulaire et une réaction inflammatoire pouvant se décliner en degrés en fonction de la profondeur de l’atteinte. S’en suivent une série de symptômes et de prises en charge spécifiques.




Classification

Premier degré


Il s’agit d’un simple érythème. La peau est rouge, sèche, douloureuse mais physiquement intacte. C’est ce que l’on peut remarquer lors d’un coup de soleil ou après une exposition extrêmement brève à une source chaude.

Seul l’épiderme est touché lors de ce type de brûlure. Sous l’épiderme, la réaction inflammatoire qui va se produire provient d’une vasodilatation capillaire. Les vaisseaux sanguins sous la peau vont gonfler et une partie du liquide contenu dans ceux ci va s’échapper vers les tissus avoisinants. Provoquant un léger oedème (gonflement) et parfois un prurit (chatouillement). Il n’y a pas de formation de phlyctène (cloque). On s’attendra à une guérison spontanée en quelques jours à une semaine en fonction de la taille de la lésion.


Deuxième degré

Deuxième degré superficiel

La caractéristique la plus relevante du deuxième degré superficiel est l’apparition de phlyctènes (cloques). Elles apparaissent immédiatement après l’exposition soit dans les heures qui suivent. Elles sont remplies d’un liquide translucide et entourées de zones rouges disparaissant à la pression. Les vaisseaux sanguins sous-jacents sont intacts.

Les phlyctènes se rompent après la brûlure, le derme est alors mis à nu et rouge vif. La douleur occasionnée est importante.



Deuxième degré profond

Les phlyctènes n’ont pas le temps de survenir et le derme est immédiatement mis à nu. Il est en revanche blanc (frost) car les vaisseaux sanguins sous jacents ont été atteints. La douleur est moins forte car des terminaisons nerveuses sont également touchées.




Troisième degré

La brûlure du troisième degré est pus sévère. La peau peut être blanche (frost) ou brune. Elle est insensible, il n’y a pas de phlyctènes. La peau est brulée en profondeur et les poils ont également été emportés. Il n’y a aucune douleur à l’endroit même de la brûlure car les nerfs ont été lésés.


Plusieurs degrés peuvent co-exister. C’est le degré le plus sévère qui conditionne la conduite à tenir.


Que faire?

Avant toute chose, un cooling doit être effectué. Il s’agira de laisser couler un filet d’eau tiède (Entre 20 et 30 degrés) sur la région brulée durant 20 minutes. Il est primordial de réaliser cela avant tout et de bien respecter le délai.

Passée cette action, il s’agira d’évaluer le degré de la brûlure.

En cas de premier degré, un traitement à domicile sera suffisant. L’application d’une pommade apaisante (type flammazine, flamminal, biafine…) deux fois par jour jusqu’à disparition de la lésion sera effectuée.

En ce qui concerne tous les autres degrés, un avis médical est recommandé.

Pour ne pas gâcher la fête, même si vous savez maintenant comment réagir lorsque l’accident s’est produit, rien de tel qu’une vigilance accrue autour du barbecue et l’interdiction aux enfants de s’en approcher.

En vous souhaitant un bel été ensoleillé !

46 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout